21 janvier 2013

Le départ et Seattle

8 Juin 2009. Après 3  mois à Thoiry, il nous tarde d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs..., et avec une destination "ours", le taux d'adrénaline est au top. Savez vous que sans maintenir un taux minima d'adrénaline, il n'est nul voyage à vélo possible ? Bon, on fait les beaux maintenant, on verra quand on sera en situation...

"Quand quelques mois plus tôt, Filip, un pote cyclovoyageur nous a narré ses rencontres avec les ours, j'ai vu une drôle de  lumière dans les yeux de mon homme; à partir de là, j'ai compris que mes robes "sea, sex and sun" resteraient une fois de plus dans l'armoire et qu'il faudrait remettre la laine polaire  pour l'Alaska !"  Annick


Voici donc, heureux lecteurs, le passionnant récit de nos aventures !

 

 

Vous nous voyez  à l'aéroport de Genève avec notre comité de soutien qui ne nous soutient pas. A les croire, on a tout faux : l'Alaska, Brrrrr et le vélo, beurkkk ! Tant pis pour Katia, Claude et Zéphir, ils ne connaîtront pas les joies du camping sur le permafrost au milieu des grizzlis et devront se contenter des bêtes sauvages de la campagne genevoise.

 

 

 

Comme ils sont quand même bien braves, ils nous offrent le café sur la terrasse. Une bien bonne journée qui commence, quoi.

Petite escale à Copenhague, redécollage à 15h50, et arrivée à Seattle à 16H50, une heure pour parcourir 16000km, elle est pas belle la vie ? Faudrait quand même être con pour se déplacer à vélo !


Mais pourquoi Seattle ? Pour avoir un billet d'avion peu cher pour Prudhoe Bay, au bord de la mer de Beaufort, li faut ruser un peu et  passer par Seattle, ce n'est pas le plus court, mais de loin le plus économique
N
ous prenons nos quartiers dans une auberge de jeunesse près du Pike Place Market.
Au centre-ville se trouvent tous les immenses buildings... Ils ont vraiment un style particulier, aerien. La ville est bien située, cernée par les flots du Puget Sound et du lac Washington, et il est agréable de se promener en front de mer.

 

Le centre-ville de Seattle Le monorail menant au Space Needle
Bienvenue au Pike Place Market ! A l'exterieur du Pike Place Market


Bon, il s'est passé  plein de choses dans cette journée de 35h (35h ? ça rappelle un truc .....)

9 Juin. Au programme de la journée :

Le Space Needle, monument emblématique de la ville, grande tour du haut de laquelle on peut contempler Seattle.

 

Le Space Needle, monument emblematique de Seatlle


En 43 secondes, un ascenseur vous conduit à 160m de hauteur (mais six autres buildings sont plus hauts a Seattle), d'où on jouit d'un panorama à 360 degrés sur la ville.

Le Space Needle offre de belles vues sur Seattle Le centre-ville de Seattle, vu depuis le Space Needle Vue sur le port



Le Space Needle représente bien le style futuriste et précurseur de la ville. En effet, Seattle, plaque tournante du commerce, de l'industrie et de l'informatique (Boeing et Microsoft ont leur siège ici), est également une ville qui possède une vie culturelle et sociale, notamment dans le domaine des arts et la musique. N'oublions pas que c'est ici qu'est né le mouvement grunge, et qu'après avoir été le pilier de la scène grunge   Kurt Cobain est mort à Seattle.

Le fameux quartier de Capitol Hill où il y a plein de restaurants, de cafés. L'éden, quoi,et la statue de Jimmy Hendrix.

 

 

 

Petite statue, grosse vedette. Jimmy est natif de Seattle.,comme tout plein d'autres musiciens et groupes, Kenny G, Steve Miller Band,  Foo Fighters, Pearl Jam, Soundgarden, et j'en passe.

 

Pioneer Square.

Resto italien de Pioneer Square Un totem sur Pioneer Square A Pioneer Square...
Un parking semblant plonger sous terre



Le musée d'art, avec la culpture haute de 4 étages, "L'homme au marteau".

L'Hammering Man, devant le musee d'art


En fait, nous n'avons rien vu de tout cela !! A la recherche d'un thermos sur le marché,

nous sommes tombés sur un magnifique banc de fruits de mer.

 

 

Résultat, nous avons craqué : attablés à la terrasse d'un restau, à nous le king crab. Les plateaux de fruits de mer version Americaine, ça donne ça : on cuit a la vapeur, tout ensemble, du mais, des patates, des moules, crevettes, coquillages, crabes et même des bouts de saucisse, on rajoute du paprika et on vous verse (ou plutôt on jette) le tout à même une serviette en papier... Puis on vous donne un grand "bavoir" pour ne pas vous salir et avoir l'air bien crétin, comme les autres clients, et un marteau (non, pas une pince, non non, un véritable marteau) pour taper comme des bourrins sur le crabe ! Le bonheur, c'est qu'on peut manger comme des crados, mais coté présentation, c'est pas gagné...Bref, c'est une expérience !



Ensuite, promenade digestive, avec quelques photos :

 

 

(voyez comme ils sont tarés ces ricains....) et sieste, le décalage horaire nous a bien cassés. On ne s'est réveillés que le lendemain, ce qui fait une visite de Seattle bien écourtée !


10 Juin. Vol pour Anchorage, on survole un paysage de montagnes et de glaciers, et on se demande bien où on va passer dans quelques semaines :

 


 

Quelques photos dans l'aéroport d'Anchorage. Voici le résultat :



Le danger est déjà partout ! Qu'à cela ne tienne, on ne va pas se dégonfler maintenant, et c'est tout sourire que l'on grimpe dans l'avion de l'Alaska Airlines.

 

L'avion est plein : seulement des hommes, qui vont travailler à Prudhoe Bay pour la compagnie pétrolière.

Atterrissage au milieu de rien, l 'aéroport, c'est  rien de plus qu'un baraquement, et pas d'ours sur le tarmac, c'est déjà ça.


Mais il parait qu'il y a 2 énooooormes grizzlis qui rôdent dans les parages, alors, notre première nuit en Alaska,on se la fait à l'hôtel, un vrai, un dur.

 

 

Posté par annick6201 à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Le départ et Seattle

Nouveau commentaire